Le Vinh Xuan

Le Vĩnh-Xuân Quyền, (traduit littéralement le printemps éternel) est un art martial vietnamien interne qui puise ses racines dans l’art martial chinois et est l’une des branches du Kung-Fu Shaolin.

La pratique de cet art se concentre sur la relaxation et la coordination du corps ainsi que de développer sa puissance, sa vitesse et son équilibre général. Elle vise à atteindre la « spontanéité » dans les actions et les relations.

Le Vinh Xuan a une approche directe, scientifique et clinique du combat. Sa spécificité est la vitesse et la puissance interne.

Comme tout art martial, l’aspect combat n’est qu’une partie de tout le système, la relaxation mentale, physique et la santé n’en sont pas moins importantes.

Le Vinh-Xuan comprend 8 formes à mains nues :

1 – Le Thu-dau-quyen, (la forme des mains, équivalent au Siu-nim-tao)
2 – Le Khi-cong quyen
3 – Les 108 mouvements
4 – Le serpent
5 – Le dragon
6 – Le tigre
7 – Le léopard
8 – La grue
Et le Ngu-hinh quyen (qui est la forme synthétisée des 5 animaux).

Chaque forme travaille des principes différents.

L’utilisation de couteaux-papillons et du bâton font aussi partie de l’enseignement du Vinh-Xuan.

 

Les maîtres

Fok Bo-Chuen

Fok Bo-Chuen était un élève de Wong Wah-Bo et Dai Fa-Min-Kam de L’opéra de la jonque rouge, à Foshan. Mais une autre source avance que, Fok Bo-Chuen appris le Wing-Chun de l’artiste Law Man-Gung. A la fin de la dynastie Qing, Fok Bo-Chuen travaillait dans la garde impériale de Foshan et fût réputé pour ses très bonnes compétences en Wing-Chun et sa grande connaissance des arts martiaux.

AU début du 20e siècle, Fok Bo-Chuen enseigna le Wing-Chun aux élèves Yuen Chai-Wan et Yuen Kay-San.

Nguyễn Tế-Công (Yuen Chai-Wan)

Nguyễn Tế-Công né d’une riche famille de Foshan, il était le quatrième fils de celle-ci. Nguyễn Tế-Công appris le Wing-Chun de Fok Bo-Chuen et plus tard continua avec le maître Fung Siu-Ching. En 1936, il se réfugia à Hanoi, Vietnam. Il y créa sa première école, où Cẩm Thúc-Cường, Ngô Sĩ-Quý, Vũ Bá-Quý, Trần Văn-Phùng, Trần Thúc-Tiển… étaient ses premiers élèves. EN 1955, il déménagea à Saigon et établit une seconde école où il enseigna à Hồ Hải-Long, Lục Viễn-Khai…

Nguyễn Tế-Công décéda à Saigon (connu aujourd’hui comme Ho-Chi-Minh ville) en 1960 à l’âge de 84 ans. Nguyễn Tế-Công est le fondateur du Wing-Chun Vietnamien.

Ngô Sĩ Quý

Ngô Sĩ-Quý né en 1922 d’une riche famille de la rue Ma May à Hanoi. Quý développa un fort interêt pour la musique et les arts martiaux très tôt. Quý appris le violon à l’église et un prêtre le présenta à Cẩm Thúc-Cường qui a son tour l’emmena au cours de Nguyễn Tế-Công. Cường et Quý étudièrent le Vĩnh-Xuân sous la direction de Nguyễn Tế-Công pendant de nombreuses années.

En 1946 il rejoignit l’armée pour combattre la colonie française. En 1956, Quý participa au Congrès des arts martiaux Chinois en Chine. Ngô Sĩ-Quý enseigna à ses élèves le Vĩnh-Xuân avec un savoir scientique moderne sur le corps et la biologie.

Ses élèves les plus connus sont Hoàng Quốc Toàn, Nguyễn Đức Dũng, Trần Hậu Tuấn, Nguyễn Việt Trung… Ils contribuèrent par l’enseignement et au développement du Vĩnh-Xuân au Vietnam à rendre Ngô Sĩ-Quý célèbre. Ngô Sĩ-Quý décéda à Cau-Giay, rue d’Hanoi, en 1997 à l’âge de 76 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *